Renault produira ses nouvelles 4L et Scénic électriques en France

Jacques Olivier

Renault, l’un des constructeurs automobiles par excellence en France, a lancé le processus de fabrication de deux nouveaux modèles électriques, la 4L et le nouveau Scénic, dans le nord du pays. De cette façon, il est sacré pour consolider « définitivement » son activité industrielle électrique dans le pays.

Le groupe français a annoncé ce jeudi que la 4L sera un nouveau clin d’œil à la nostalgie après avoir ressuscité la R5 classique également à propulsion électrique. Ce nouveau modèle sera fabriqué dans son usine de Maubeuge, tandis que le Scénic électrique sera produit dans l’usine de la ville de Douai.

Les deux usines font partie du complexe ElectriCity, qui comprend des centres d’assemblage dans plusieurs villes voisines du nord de la France ainsi que des usines de batteries et d’autres composants.

Le nouveau Scenic éléctrique

ElectriCity, un réseau pionnier d’assemblage de voitures électriques

Avec ces annonces, ElectriCity se développe sans équivoque pour produire prochainement six véhicules électriques : les variantes à batterie de Renault Mégane, Kangoo et Scénic ; les R5 et 4L, qui seront uniquement électriques, et la remplaçante de la Nissan (TYO:7201) Micra pour le marché européen.

Plusieurs de ces nouveautés seront présentées au public lors du Mondial de l’Automobile qui débute le 17 octobre à Paris.

En dehors de cette nouvelle, Renault a estimé que l’usine de moteurs électriques de Cléon (dans le nord-ouest du pays) atteindra une capacité de production de plus d’un million d’unités en moins de deux ans. Pour ces travaux, elle a procédé à l’embauche jusqu’à présent cette année de près d’un millier de nouveaux ouvriers dans ses usines et centres technologiques en France.

Avec cette nouvelle initiative, la filiale de Renault se consolide comme une référence importante dans l’assemblage de voitures électriques à travers le monde.

Avantages pour les salariés de Renault

De plus, la firme a annoncé un accord avec les syndicats pour accorder une prime spéciale à ses ouvriers, qui s’élèvera à un peu plus de 1 000 euros nets pour la plupart des salariés. Ils ont accepté cette compensation en réponse à la hausse du coût de la vie.

Renault espère compenser cet important investissement par la commercialisation à moyen terme de ses nouveaux véhicules électriques. L’estimation est que la population est de plus en plus encline à l’acquisition de ce type de voiture respectueuse de l’environnement et pleine d’avantages dans les grandes villes.

Laisser un commentaire

Rating

Captcha anti-spam 2 + 4 =